Comité voisinage Arvida - Complexe Jonquière

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel

Contexte

Situé à Saguenay dans le secteur d'Arvida, le Complexe Jonquière regroupe plusieurs installations de Rio Tinto spécialisées dans la production d'alumine, d'aluminium et de ses dérivés. Les activités y ont débuté en 1926. Le complexe a été érigé en différentes phases entre 1926 et 2013. Il comprend notamment une usine d'alumine (Usine Vaudreuil), deux usines d'aluminium (Arvida et AP60), une usine de traitement de la brasque, une usine de fluorure, un laboratoire et le Centre de recherche et de développement Arvida. Environ 1 500 personnes y travaillent.


Mandat du comité

Le Comité voisinage Arvida - Complexe Jonquière (CVA-CJ) est

Contexte

Situé à Saguenay dans le secteur d'Arvida, le Complexe Jonquière regroupe plusieurs installations de Rio Tinto spécialisées dans la production d'alumine, d'aluminium et de ses dérivés. Les activités y ont débuté en 1926. Le complexe a été érigé en différentes phases entre 1926 et 2013. Il comprend notamment une usine d'alumine (Usine Vaudreuil), deux usines d'aluminium (Arvida et AP60), une usine de traitement de la brasque, une usine de fluorure, un laboratoire et le Centre de recherche et de développement Arvida. Environ 1 500 personnes y travaillent.


Mandat du comité

Le Comité voisinage Arvida - Complexe Jonquière (CVA-CJ) est une importante tribune d'échanges entre Rio Tinto et la communauté. Les membres se rencontrent quatre à cinq fois par année afin de discuter de différents sujets tels que la santé, la sécurité, l’environnement et le développement économique.

Le mandat du CVA-CJ consiste à :

  • Informer Rio Tinto des préoccupations, commentaires et enjeux de la communauté
  • Informer des représentants de la population avoisinante des projets et enjeux des usines du Complexe Jonquière
  • Répondre aux questions de la communauté et discuter de projets communs pour favoriser une cohabitation harmonieuse entre l’entreprise et la communauté
  • Consulter les membres sur des points d’intérêt


Membres CVA-CJ -2018


Composition

Le CVA-CJ est composé de :

Nom

Fonction

Catégorie

Michèle TalbotRésidente - secteur DuboseCitoyens
Lise TremblayRésidente - secteur Saint-MathiasCitoyens
Sabrina GirardRésidente - secteur Sainte-ThérèseCitoyens
Isabelle LavoieRésidente - secteur Saint-Jean-EudesCitoyens
Gérald MartelRésident - secteur Saint-PhilippeCitoyens
Marc TremblayRésident - secteur Saint-JacquesCitoyens
Gille TremblayPrésident - Les verts boisés du FjordOrganisme récréotouristique
Tommy TremblayDirecteur général - Conseil régional de l’environnement et du développement durable – SLSJOrganisme environnemental
Raphaëlle DancetteDirectrice générale - Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) Saguenay - CharlevoixOrganisme environnemental
Kate SavardCoordonnatrice - Corporation économique et culturelle d'ArvidaOrganisme économique
Carl DufourConseiller municipal - Ville de SaguenayMunicipalité
Roger LavoieArchitecte et urbaniste - Ville de SaguenayMunicipalité
Pascale EmondConseillère sénior Communautés et performance sociale – Complexe Jonquière, Usine Vaudreuil et IPSFRio Tinto
Audrey-Claude GaudreaultRessource CSPRio Tinto
Jean-François Leblanc
Stéphane Gagnon
Directeur des opérations - Usine Arvida-AP60


Coordonnateur Site de Disposition des Résidus de Bauxite (SDRB) – Usine Vaudreuil

Rio Tinto


Rio Tinto

Maxime LaroucheConseiller EnvironnementRio Tinto
Louis-Michel TremblayFacilitateurTransfert Environnement et Société
Véronique FrigonSecrétaire de réunionTransfert Environnement et Société
  • Valorisation de résidus de bauxite | GMR commence la mise en service d’une unité de démonstration commerciale

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel
    21 janv 2021

    20 janvier 2021 - Récupération globale de minéraux (GMR) a fait l'annonce de la mise en service de son unité de démonstration commerciale pour la valorisation des résidus de bauxite. Le ministère de l'Économie et de l'Innovation octroie un prêt de 2 millions de dollars, par l'entremise d'Investissement Québec, pour soutenir les phases de développement de ce projet à Saguenay, lequel devrait générer des retombées économiques importantes au Québec.

    Avec un investissement combiné à ce jour de plus de 9 millions de dollars, le projet de GMR Québec consiste à construire et à exploiter une unité de démonstration commerciale du procédé de récupération sur le site de l’Usine Vaudreuil de Rio Tinto.

    « Rio Tinto est un leader de l'exploitation minière à pleine valeur ajoutée. Cette approche maximise l’utilisation de tous les minéraux qui sont extraits du sol. Elle réduit les résidus miniers, fournit des matériaux nécessaires aux nouvelles technologies et contribue à sécuriser les chaînes d'approvisionnement en Amérique du Nord. La valorisation des résidus de bauxite est importante pour Rio Tinto et nous sommes heureux d'accueillir cette usine de démonstration de GMR pour soutenir le développement continu de cette technologie avec l'appui du gouvernement du Québec dans le cadre de sa stratégie. » Sébastien Ross, directeur exécutif, Opérations Québec, Rio Tinto

    Pour plus d'information, consultez le communiqué de presse de GMR

  • Une équipe de l’Usine Vaudreuil primée par Rio Tinto

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel
    07 janv 2021
    prise en charge de l’image

    Une équipe de l’Usine Vaudreuil s’est démarquée à l’échelle de l’entreprise en remportant le Prix d’excellence des pionniers du chef de la direction de Rio Tinto dans la catégorie « Liquidités » pour le développement d’un moniteur prédictif de maintenance dynamique, qui pourrait être reproduit ailleurs et qui s’inscrit dans la vague de l’industrie 4.0.

    Vous pouvez lire l'article complet dans Le Quotidien du 6 janvier 2021

  • Le Centre de recherche et de développement industriel d'ELYSIS est complété

    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel
    21 déc 2020
    prise en charge de l’image

    Les préparatifs en vue de la commercialisation du procédé permettant de produire de l’aluminium sans carbone viennent de franchir une nouvelle étape importante alors que le Centre de recherche et de développement industriel de la co-entreprise ELYSIS, situé au Complexe Jonquière, est maintenant complété.

    ELYSIS, fruit d’un partenariat entre Rio Tinto et Alcoa, développe à grande échelle une technologie révolutionnaire qui permet d’éliminer tous les gaz à effet de serre directement reliés à la production d’aluminium, tout en produisant de l’oxygène.

    La fin de la construction de ce centre est une autre étape vers la commercialisation à l’échelle industrielle de cette technologie révolutionnaire, développée pour la première fois au Centre technique d’Alcoa près de Pittsburgh, aux États-Unis. Le nouveau centre produira du métal à une échelle similaire à celle des petites cuves d’électrolyse de taille industrielle qui sont actuellement utilisées par certaines alumineries.

    Les travaux de recherche et de développement à grande échelle devraient commencer au cours du premier semestre de 2021.

    « Nous nous réjouissons de voir la technologie ELYSIS se développer en vue d’une utilisation commerciale ici au Québec, où Rio Tinto produit déjà de l’aluminium à faible teneur en carbone grâce à l’hydroélectricité », a indiqué Alf Barrios, chef de la direction, Rio Tinto Aluminium.

    ELYSIS continue de travailler en étroite collaboration avec les équipes de conception technologique de Rio Tinto et d’Alcoa.

    Composée de 25 membres, la nouvelle équipe opérationnelle du Centre de recherche et de développement industriel complétera sa formation technique au cours des prochains mois, tout en procédant à des essais des équipements et à des activités de mise en service pour le démarrage complet.

    La technologie en bref

    • La technologie ELYSISTM vient répondre à la tendance mondiale vers la fabrication de produits à plus faible empreinte carbone, des téléphones intelligents aux automobiles en passant par les avions et les matériaux de construction.

    • Le nouveau procédé permettra de réduire les coûts d’opération des alumineries tout en augmentant leur capacité de production. Il pourra être utilisé tant dans les nouvelles alumineries que dans les installations existantes.

    • Uniquement à l’échelle du Canada, la technologie ELYSISTM a la capacité de réduire les émissions de GES de 7 millions de tonnes, soit l’équivalent de retirer 1,8 million de voitures de nos routes.

    • ELYSIS assurera également la vente des matières servant à la fabrication des anodes et cathodes de nouvelle génération, dont la durée de vie sera plus de 30 fois supérieure à celle des composants classiques